Catégorie : Nos Tribunes (Page 2 sur 2)

Les fake news ne sont pas là où on le croit

Lors de ses vœux à la presse, le Président de la République a fait part de son souhait de faire voter une loi contre les fake news sur internet, l’esprit encore tourné vers les prétendues ingérences russes qui auraient facilité l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis ou qui auraient pu menacer la sienne en France.

A priori, l’effort est louable : assurer une plus grande transparence dans la diffusion de l’information et dans la vérification des sources. Quel dommage néanmoins de ne pas l’appliquer aux médias qui auraient un grand besoin qu’on leur réapprenne leur métier. Quel dommage néanmoins de ne pas faire un sort à ce qu’Huber Beuve-Méry, fondateur du quotidien de « référence » Le Monde, appelait « la subjectivité honnête » des journalistes.

Car l’urgence première n’est pas forcément à la lutte contre la diffusion de fausses informations sur internet ; média, selon le sondage portant sur la confiance des Français dans les médias réalisé par Kantar, dans lequel à peine 25% des Français ont confiance, le reste sachant pertinemment être exposé, notamment sur les réseaux sociaux, à des rumeurs, des contrevérités, des opinions habillement, ou même grossièrement, maquillées en faits avérés.

Lire la suite

Enfin la fin d’une année électorale !

Enfin !

Nous avons assisté hier à la dernière soirée électorale de cette année 2017. Une élection, sans passion ni enthousiasme, qui aura eu au moins le bon gout de ne prendre qu’un seul tour. Une élection qui aura vu Laurent Wauquiez prendre la tête des Républicains, du haut de ses plus de 74%.

Après le scrutin interne de 2014, la primaire de 2016, cette élection signe pour la troisième fois consécutive la victoire de la droite « dure », « conservatrice », « vraiment de droite », selon la terminologie qui plaira au lecteur. Toujours est-il qu’elle signe la troisième défaite consécutive de cette droite « modérée », « humaniste », « progressiste » et européenne, dont le poids médiatique est apparemment inversement proportionnel à ce qu’elle représente au sein du peuple de droite.

Lire la suite

L’écriture inclusive, ou le dernier délire libertaire à la mode

Alors que la droite nous avait toujours habitués à ne disserter en période électorale que sur la libéralisation du marché du travail, sans jamais l’entreprendre réellement une fois aux responsabilités, et sur la sécurité, dont l’effort en la matière n’a finalement consisté qu’en une lente mais continue baisse des effectifs et des moyens, les candidats à la primaire de la droite et du centre ont surpris en mettant au premier plan de leurs priorités l’éducation et l’enseignement dans leurs programmes et dans les débats qui les ont vus s’opposer.

Défaite dans les urnes, la droite n’aurait cependant pu rêver meilleur ministre de l’Education Nationale. Jean Michel Blanquer, dont les premiers gestes et premières décisions ont enchanté les électeurs de droite, et au-delà, tous les Français qui tiennent à une Education Nationale de qualité : enterrement de la réforme du collège engagée par Najat Vallaud-Belkacem ; investissement massif dans le primaire, où se joue la construction intellectuelle et sociale de l’enfant, avec un retour aux fondamentaux, notamment la lecture, l’écriture et les mathématiques ; coup d’arrêt aux délires des pédagogistes avec l’éviction de Michel Lussault, etc. Et que dire des chantiers à venir que le Ministre veut prendre à bras le corps : enseignement chronologique de l’histoire et des courants littéraires, dédoublement des classes de CP en secteur défavorisé, mise en place du dispositif « devoirs faits », qui permettra aux collégiens de faire leurs devoirs dans le cadre de l’établissement et avec l’aide de leurs enseignants, etc.

Lire la suite

Le procès raté de l’idéologie islamiste

En mars 2012, Mohamed Merah assassinait sept personnes. Parmi lesquels trois dont le jeune âge et deux dont l’appartenance religieuse n’ont pas une seule fois trouvé grâce à ses yeux.

On découvrait alors pour la première fois depuis longtemps sur le sol français la haine, la vraie, fanatique et aveugle, mettant ceux qu’elle anime au ban de l’humanité. On redécouvrait le visage de l’islamisme, ce cancer gangrenant le corps social qui avait, déjà, atteint quelques-uns de ses membres. On découvrait dans nos villes  les prêcheurs de la guerre sainte ; les jeunes, pourtant Français, en rupture avec cette société qui avait accueilli leurs parents ou grands-parents et qui leur assurait une éducation et des soins gratuits.

Cinq années plus tard, Abdelkader Merah et Fettah Malki devaient répondre des crimes d’un frère et d’un ami. Non pour trouver des coupables de substitution, comme l’a sournoisement laissé entendre l’un des avocats de la défense, mais pour faire le procès de l’Islam politique et radical. Car si un Mohamed Merah est celui qui a appuyé sur la gâchette, il en est d’autres, beaucoup plus nombreux, qui ont nourri sa haine par leur enseignement idéologique et religieux et d’autres qui l’ont armé.

Lire la suite

La culture de la délation contre la culture du silence ?

Depuis plusieurs jours, Harvey Weinstein, magnat du film hollywoodien, est accusé de viol et de harcèlement sexuel par plusieurs dizaines d’actrices. Comme toujours dès lors que cela provient des Etats-Unis, cette libération de la parole a traversé les frontières et a encouragé d’autres femmes à parler, ne plus se cacher. D’abord dans le milieu du cinéma, puis dans tous les autres.

On ne peut que s’en féliciter. Que des femmes puissent mettre des mots sur l’indicible, sur la honte qu’elles éprouvent à subir les conséquences de mots injurieux, gestes déplacés ou d’avances menaçantes, alors que les hommes qui en sont à l’origine promènent leur nonchalance quand ils n’en tirent pas simplement un titre de gloire.

Lire la suite

La politique (industrielle) du pire

Le 27 juillet dernier, Emmanuel Macron, par la voix de son nouvel Hermès, a brisé la langueur estivale d’un coup de tonnerre dont il a, seul, le secret, en annonçant la nationalisation temporaire de STX pour ne pas laisser un champion industriel français tomber aux mains d’un gouvernement étranger. Décision prise, disait-on, « en cohérence avec les principes de préservation des intérêts nationaux exprimés par le président de la République ».

On croyait alors rêver : d’un côté les ordonnances qui, si elles ne sont pas la panacée de la libéralisation du marché du travail et de la modernisation de son code, ont du moins le bon goût de desserrer le carcan réglementaire qui emprisonne nos entreprises. De l’autre, une vision pragmatique de la défense des intérêts industriels stratégiques de notre pays, quitte à écorner l’orthodoxie libérale dont le Président de la République se réclame.

Et puis la réalité est venue nous frapper coup sur coup : Alstom qui passe sous contrôle de l’allemand Siemens et STX, un fleuron du naval, qui battra bientôt pavillon italien.

Lire la suite

Redonner une voix à la droite

Le 10 décembre 2017, les quelque 230 000 adhérents des Républicains seront appelés aux urnes pour désigner, probablement dès le premier tour, le président du mouvement. La septième fois en un peu plus d’un an, après les deux tours des primaires, la présidentielle et les législatives. Sept trajets qui ont peu à peu tourné au chemin de croix, l’espérance et l’enthousiasme laissant place à une froide colère et à la résignation. Et alors qu’une victoire totale lui était promise après un quinquennat qui a abîmé la France, la droite, dans sa forme actuelle, en est aujourd’hui réduite à se demander si elle passera l’hiver.

Lire la suite

Page 2 sur 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén